Ces trois quartiers constituent le centre de notre commune nommée " Montreuil ". Ce toponyme communal a connu des formes quelque peu différentes au cours des âges. On peut voir son origine dans la légende de la fée Mélusine et de son fils le "monstre-en-oeil". De fait, la rue principale du bourg et un chemin tortueux et pentu ont assez récemment été placés sous l'invocation de la mère et du fils, respectivement.

 

Le bourg, années 1930

 

Bien plus sûrement toutefois, "Montreuil" indique la présence d'un "monasteriolum" -petit monastère, ou autre type d'institution cultuelle. Beaucoup de textes anciens mentionnent en effet divers établissements religieux, lieux de sépulture ou autres types d'institutions cultuelles, dont l'actuelle église Saint-André et le cimetière sont des vestiges.

Ici ou là dans le bourg, se remarquent l’épaisseur des murs de certaines vieilles maisons, ou telle petite fenêtre à entourage de pierre et linteau surmonté d’un arc en accolade, ou encore, abandonnée dans un jardin, une grosse meule à bras avec sa barre horizontale pour la production d’huile. Le lavoir, construit en 1857, s’est récemment écroulé, à la suite d’une malencontreuse manoeuvre effectuée par un camion. Il vient d'être reconstruit.

Tout contre l'église, au Bourquet, subsiste une vaste demeure que sa toiture et son escalier intérieur à balustres de bois datent certainement du 17ème siècle.

 

L'église Saint-André

 

Une carte postale datant du début du 20ème siècle représente l'actuelle place de l'église ornée de " l'arbre de Sully ", un majestueux tilleul d'une bonne quinzaine de mètres de hauteur, qui fut abattu dans les années soixante.

Sur la place se dresse le presbytère dont l'aile la plus ancienne, jouxtant le cimetière, conserve un four à pain et une grande pièce avec une cheminée de pierre où ont été insérés des fragments de dalles funéraires. L'une concerne un personnage anonyme :

" DEMEVRANT AV TOVSCHAULT PARROISSE DE MONSTREVIL "... " PRIEZ DIEV POUR LE REPOS DE SON AM... ". L'autre dalle nous apprend que

" ...EFVNT HONNESTE PERSON...DECEDA LE 27° JOVR DAPVRIL... ", mais de quelle année ? Sans doute dans le courant du dix-septième siècle, à en juger par la similitude avec la gravure des caractères romains relevés sur la tombe en bâtière de 1702 dans le cimetière contigu.

En retournant vers la rivière, sur la gauche, se dresse une vaste demeure, du 18ème siècle sans doute. Le linteau de bois d'une porte d'écurie y conserve en effet, en pyrogravure, la date de 1790; et la date de 1829 a été incisée dans le crépi d'une grange.

 

L'ancien pont sur la Boivre

 

En montant vers le haut bourg, voyez la ferme de " Gros-bois ". Elle a conservé sa tourelle et sa balustrade de bois au premier étage et, donnant sur la route, une porte à encadrement de pierre sculptée dont le linteau est toujours orné d'un écusson aux armoiries effacées.

 

La ferme de Gros-bois - photo 2014

 

Sur la place du château, on aperçoit quelques granges anciennes et on peut dater du 17ème siècle une pittoresque demeure à la façade couverte d'ampelopsis.