Une Borne du 17ème siècle relative au droit des gabelles est conservée à la mairie de Montreuil-Bonnin depuis l’automne 2002

 

 

Il s'agit d'une borne de pierre en calcaire blanc. Parallélépipède rectangle. Hauteur : 0,95 m ; largeur : 0,35 m ; épaisseur : 0,26 m. Les lignes d’arêtes sont très écornées.

 Sont gravées trente lignes de texte sur la face nord et dix sept lignes sur la face sud. Hauteur des caractères : 2,5 cm ; largeur : entre 2 cm et 2,5 cm :

 

  

 

  

Sur le côté nord, on lit :

CESTE PIERE A ESTE PLA

CE EN CE LIEV POVR SERVIR

DE BORNE OV LEX DROITS

LEVES FINISSENT ANTRE

ANGOU ET POICTOV

AN VERTV DAREST CON

TRADICTOIRE DE LA CO

VR DES AIDES DE PARIS

RANDV XXE  JOVR DE

SEPTRE 1660 ENTRE

LES FERMIER ETADIV

.ICATAIRE GENERAV

.ESGABELLES DE FR

ANCE TANT ANSIEN

..E MODERNES MO..

LE MAYE CONER ET

LES HABITANTS DE LA

PAROISSE DE STAND..

DE MONTREIVL BONN

IN QVI MENTIENT

LAD PAROISSE ENSE

NBLE LA TERRE DES N

VERRES AVTREMT

LES ROCHE AVX FRES

ET MESTAIRIE EN D

EPANDANT DANS LA

FRANQHISSEMT DV

DROIT DES GABEL

LES COMME AV DE

LA DED LIMITTE

 

Sur la face sud on lit : 

DESD CINQ LIEV 

ES DESD PROVI

NCES ET QVIPER

MET DE PLANTER

LAD BORENE AVECC

DEFFANCES DE DE

TRVR LE REN LE

VRS PRIVILEGES

 

La borne a été dressée en avril 1670, perpendiculairement à la route Montreuil-Bonnin - Latillé, sur la bas-côté nord, en face de la ferme des Loges (actuellement D27, après croisement D7). Un poteau signalétique la remplace dorénavant.

 

Elle a été érigée en exécution d’un jugement arrêt contradictoire de la cour des aides de Paris, rendu le 20 septembre 1669 (ou 1660 ?), conservant aux Montreuilllais paroisse Saint-André, terre des Neurres ou Roche aux Fées (actuellement Les Bruères) et métairies en dépendant, leur privilège de ne pas payer l’impôt sur le sel - la gabelle -, le Poitou s’en étant affranchi au 16ème siècle (pays rédimé) ; à la différence de la province limitrophe au nord, l’Anjou (pays de grande gabelle), où l’impôt est le plus lourd, leur territoire paroissial n’étant pas inclus dans une zone tampon de cinq lieues sud-nord (env. 20 km), quadrillée de poste de surveillance et constamment patrouillée par les douaniers du sel - les gabelous -, pour traquer fraude et contrebande entre Anjou et Poitou.

 

Michelle RIVAS